Publié le 22 Novembre 2009


Abderraouf l’artiste :

Surnommé Abderraouf pour ses paroles comiques, Lhsaini Taik est un artiste habitant le tranquille hameau d’ Icht  qui se situe entre deux collines et qui dépend administrativement de la commune de Fam El Hisn. Originaire de Lksar Lkbir, Lhsaini s’installe à Icht depuis 32 ans pour inaugurer son chemin d’artiste.

Un art unique de son genre :

Quant à son art, Abderraouf engendre finement  des tableaux à base de matières simples ; en effet,  il s’appuie essentiellement sur les tiges des  céréales qui restent après le moisson  ( chaumes) pour construire ses   toiles  qu’il vend à quelques dirhams (50 dirhams au maximum), il affirme que son art est l’unique et seule source de vie pour sa petite famille.

Essai d’analyse de l’un de ses tableaux :

Dans ses tableaux cet artiste met l’accent sur plusieurs thématiques notamment le thème de la mer qui est récurrent dans ses productions. Le tableau figurant dans cet article témoigne amplement de cette constatation.

Le tableau ne présente plus une nature morte ou encore une beauté sauvage mais il met en scène l’action et  la vivacité.  En un mot une nature véhiculant  moult signes de vie ; le navire  qui occupe le centre du tableau a déjà pris son chemin, les palmiers se trouvant à l’extrême gauche est une  image emblématique de la vie.

Le recours à une lecture superficielle du tableau renvoie le lecteur à une scène tout-à- fait ordinaire, un spectacle auquel on peut donner le dos devant la falaise d’une mer pendant le  déclin de la journée. Nonobstant,  un regard à la fois poétique et pénétrant nous conduit à l’idée que le tableau décèle plusieurs connotations. La présence obsédante de  La couleur chaude ( le jaune.) qui dépasse l’ensemble du tableau vers son hors champ et que le lecteur est censé deviner est une représentation allégorique de cette présence du  soleil dans l’imaginaire de l’artiste ; il faut souligner dans le même ordre d’idées que l’or du soir est venu pour renforcer ce fait.. Reste à dire que cette présence trouve ses grandes explications dans le contexte où vit l’artiste, en l’occurrence, une région du Sahara marocain où  la couleur jaune a toujours son mot à dire.

Le tableau se coupe en deux ; la chaleur et la froideur se mettent d’accord pour répartir équitablement la totalité de la toile ; leur signifié est le tiraillement entre deux mondes majeurs, le vécu de l’artiste où la couleur chaude domine et son passé où le charme de la mer primait ; néanmoins l’idée du départ hante timidement  l’artiste et le contraint à effectuer des va -et-  vient entre les deux mondes  et se contenter de goûter à l’éternel tourment de Sizyphe.

En somme, le tableau est potentiellement annonciateur, impressionnant, jonché de significations ô combien intéressantes à analyser.

Voir les commentaires

Rédigé par raja abdelkader

Publié dans #art

Repost 0

Publié le 21 Novembre 2009


Dans le cadre des activités qu’organise le club environnemental du lycée collégial Bani, les élèves de Fam el Hisn étaient au rendez-vous avec une campagne de propreté qui visait  et la sensibilisation des élèves de  l’importance de la protection de l’environnement et de créer chez eux  cet esprit de responsabilité vis-à-vis de leur  propre environnement. La campagne,  qui a eu lieu le samedi 21 novembre a connu la participation massive   des élèves  et  du corps enseignant et administratif du lycée collégial Bani, est  certainement une initiative à la fois constructive et fructueuse vu qu’elle a pu concrétiser les objectifs et les finalités escomptés  préalablement. En somme il est temps d’applaudir tous les acteurs qui ont participé d’une façon ou d’autre à la réussite de cette campagne.   

Voir les commentaires

Rédigé par raja abdelkader

Publié dans #enseignement

Repost 0