une tentative d'analyse d'un tableau de Vincent Van Gogh

Publié le 17 Mai 2007

                       

 

Sous un ciel bleu, des chaises, des hommes, des fenêtres, un morceau d'arbre, un tapis, un sol pareil à des mains violettes de froid. 

 

D'un point de vue analogique l'image présente un espace paisible superbement coloré. Toutefois une lecture digitale renvoie le récepteur à un refuge ou encore un lieu dans un quartier chaud comme le revêt la vivacité des couleurs. Ainsi le récit se trace d'une manière verticale, partant du sol violet vers le ciel bleu. Son signifié est la quiétude, la tranquillité spatiale, son signifiant est la littérarité :  C'est-à-dire ce qui plaide en faveur de cette image, pour qu'elle puisse accéder au rond d'un tableau de peinture. La couleur jaune , frontières du chaud et du froid, impressionnante se précipite pour être au centre de l'identification primaire dans la conception du récepteur. Le caractère sombre du côté inverse illustre une seconde identification. Au niveau du champ chromatique plus que les éléments du tableau  transcendent  plus que la couleur s'assombrie; ce faisant cet indice aspectuel  incarne l'inconnu, le flou, l'ambiguïté.

Le fait de priver  le tableau  de son contexte nous guide directement vers la beauté de la ville ensoleillée  Marrakech.  Le  ciel malgré son caractère sombre elle fait preuve de fertilité; des nuages dont les seins s'alourdissent au lait. D'une manière générale la lumière que véhicule l'image est un signe emblématique de la vie, de la sybmiose et de l'harmonie.

Rédigé par raja abdelkader

Publié dans #analyse littéraire

Repost 0
Commenter cet article