Le chercheur Michel AMENGUAL visite la Casa de Caballero.

Publié le 13 Avril 2013

SAM 3021

     Le chercheur français Michel AMENGUAL vient de  me rendre visite  à Ayir le Vendredi 12 avril 2013. L’occasion a été  fort opportune pour nous deux pour visiter la casbah d’Ayir, et discuter de  la question historique de la région qui possède un patrimoine historique ô combien intéressant à exploiter dans un tourisme historique et culturel. 

         image-article-4724-copie-1Le chercheur est connu par plusieurs contributions dans l’Histoire du Maroc notamment celle des Doukkala, en effet, il est l’auteur de l’ouvrage El-Jadida, La Capitale des doukkala où l’écrivain  fait montre d’un grand souci de  promotion du patrimoine historique et culturel de cette partie du Maroc. Il est   aussi écrivain de Voyage En Doukkala qui rassemble moult récits parlant  des régions des Doukkala,  en l’occurrence Azemmour, Mazagan, Boulaouane et l’Oum-Er’Rbia.   En sus, Amengual a déjà travaillé sur d’autres aspects de la richesse historique des Doukkala tels que la fauconnerie. Loin de sa casquette de chercheur, Michel Amengual avait porté la casquette de Chroniqueur littéraire, et  reporter en politique internationale. 

 

Voici un mot écrit par Amengual à l’occasion.

Mon cher Raja,

        J'ai beaucoup apprécié la journée passée ensemble, et admiré l'intérêt que tu portes à la défense du patrimoine local. C'est vrai que cette casbah est intéressante à plus d'un titre. Et elle est pour moi, le symbole de cette partie de l'histoire du Maroc qui nous échappe: Cette casbah garde encore tous ses secrets, et il faudrait que se lèvent de jeunes historiens, archéologues, chercheurs, pour continuer à défricher le terrain. A-t-on cherché s'il reste des morceaux d'ustensiles, qui doivent exister surement enfouis dans la terre, ou au fond du puits ? La forme des portes m'intriguent.

           Ce plafond en bois multicolore est un chef d'œuvre; la fabrication des murs qui dénote un savoir faire: l'empilement des pierres selon un art maitrisé. Bref, bien des mystères planent encore sur cette casbah. Cette visite m'aura permis au moins, pour moi, de corriger  des données qui me faisaient croire que la casbah de Oualidia et d'Ayir était un élément d'un seul puzzle.

             DEJEUNER CHEZ RAJA à AYIR (1)-copie-1Merci encore à ta mère qui m'a comblé avec un couscous délicieux et un tapis que je réserverai à la prière, et à l'Ayirien qui nous a accompagnés dans notre visite dans les ruines.

Amicalement.

Rédigé par raja abdelkader

Publié dans #occasions et fêtes

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article