Les Regraga organisent leur Daour du 22 Mars à 29 avril.

Publié le 27 Mars 2012

clip imagehhhh002Les Regraga viennent de commencer le jeudi 22 mars  leur fameux tour pour   cette année ; cet événement historique et patrimonial s’étale sur plus d’un mois, et plus exactement des dix derniers jours de mars jusqu’à la fin du mois d’avril ; une période très importante  où Les Regraga se déplacent à travers quarante-quatre étapes dans l’intention de visiter différents marabouts et zaouïas.

Quant à sa  genèse, Kredya  BRAHIM précise  dans l’un de ses travaux historiques que  le  Daour tire son origine du  fait que les sept saints des  Regraga, qui auraient visité la Mecque pour rencontrer le prophète, organisaient des visites d’un temps à l’autre pour s’assurer que la nouvelle religion  (l’Islam) est enracinée dans les pratiques de leurs tribus. Sous cet angle, les premières formes qu’a connues ce pèlerinage insolite, comme le qualifie le chercheur français Manoël PENICAUD, lui ont donné une sorte de continuité au fur et à mesure des époques et des dynasties. Et même si la question de l’accompagnement du prophète était et est encore objet d’une quasi-querelle parmi les chercheurs en l’absence d’un fondement scientifique qui prouve que la visite a eu lieu réellement,  le Daour reste  une rencontre religieuse et culturelle qui ne cesse d’attirer l’attention d’un public pluriel.

PICT0762.JPGLe tour a marqué  son début au marabout du saint Sidi Ali Ben Bou Ali à caïdat Akarmoud, cette ouverture connait  la présence des adeptes des Regraga ainsi que les autorités locales et régionales, on y fête, en outre,  par différentes manières ce Daour qui offre à tous les Regraga un terrain fort propice, d’échange, d’union et d’ancrage des liens sociaux entre les habitants de leurs  différentes régions.

 De même, les régions que traverse le  Daour vivent conformément à la coutume sous un climat de joie sociale  intense, de divertissement et de rencontre,  choses qui trouvent leurs manifestations dans les Moussems qui s’organisent en parallèle avec cet événement qui puise dans l’héritage patrimonial des Regraga. Outre cet aspect, le Daour se distingue également par des pratiques véhiculant moult significations symboliques telles que les événements de sortie de Laâroussa et  de  la tente ; le premier se fait  lors du commencement  du tour à la confrérie d’Akarmoud, toutefois le deuxième se déroule à la zaouïa de  Ben Hmida. Notons que ce rendez-vous à la fois touristique, religieux et culturel s’achèvera le dimanche 29 avril  à Sidi Ali Ben Mâachou  qui se situe  dans le territoire  de la  caïdat de Chiadma du sud.

Il est à souligner en fin de compte  que le tour des Regraga est l’une des pratiques où se manifeste fortement le patrimoine marocain sous ses différents aspects, il donne également ou davantage un rayonnement maximal à la province d’Essaouira et au Maroc. Cependant, cet événement doit faire l’objet d’une rénovation qui pourrait se faire dans un cadre institutionnel ce qui ne peut, à notre sens, que donner plus d’ampleur à cette pratique patrimoniale et chasser toutes les tendances qui nuisent au tour des Regraga et le privent de son vernis religieux et culturel.

Rédigé par raja abdelkader

Publié dans #Essaouira

Repost 0
Commenter cet article