Articles avec #safi tag

Publié le 30 Octobre 2016

Moulay Idriss Premier ouvre ses yeux à Safi et lance un carrefour citoyen pour l’environnement en parallèle avec La Cop 22.

Le lycée collégial Moulay Idriss Premier à Khémis Naga, sis au sud de la ville de Safi, organise un Carrefour des Initiatives Environnementales Citoyennes prévu le début du mois prochain.

Le rendrez vous environnemental  est organisé sous le thème ״ Pour notre environnement, il suffit d’ouvrir les yeux״ en marge de La Cop 22 attendue à la ville ocre à partir du sept du mois prochain.

Le Carrefour des Initiatives Citoyennes, qui s’étalera du 7 au 18 novembre 2016 se fixe l’objectif d’offrir aux élèves ainsi qu’aux différents acteurs  de l’établissement une occasion fort opportune pour créer un débat autour de la question environnementale, et mettre les élèves au parfum des nouveautés notamment au niveau de ״La Cop 22״ ce rendez-vous universel venu pour plaider en faveur de l’environnement et en relever les défis majeurs.

De même, le carrefour vise à inculquer le comportement civique chez les élèves, et les amener à produire des contenus interactifs autour de la thématique principale du meeting dans un climat de création, d’émulation, de civisme et d’engagement.

Des expositions pour la valorisation du patrimoine naturel de la région, des tables rondes, de la sensibilisation, des ateliers, des initiatives citoyennes, du journalisme, des concours, des fresques et bien d’autres choses seront à l’ordre du jour du Carrefour Des Initiatives Environnementales Citoyennes qu’abritera le lycée collégial Moulay Idriss Premier durant deux semaines.

 

Voir les commentaires

Rédigé par raja abdelkader

Publié dans #safi

Repost 0

Publié le 1 Avril 2013

clip_imaghhe002.jpg

     J’ai animé le samedi 30  Mars à la bibliothèque communale d’Ayir  une soirée littéraire dans le cadre des activités de l’Association Ichraq pour le développement social, et ce en faveurs des élèves,  étudiants, membres  de l’association et autres personnes de la région. La soirée a connu l’organisation de deux ateliers d’écriture où les assistants  ont fait montre d’un grand esprit de création, Chose qui m’a réchauffé énormément le cœur. 

Voir les commentaires

Rédigé par raja abdelkader

Publié dans #safi

Repost 0

Publié le 7 Décembre 2012

Diverses 0854L’avocate et artiste safiote Bouchra SATFANE  a organisé une exposition à la galerie Fatna GBOURI à Dar Sultan. Le meeting pictural, qui s’est étalé de 29 novembre à 6 décembre en cours, était une occasion opportune pour le large  public de Safi afin de  découvrir les yeux des tableaux de l’artiste.

--

N.B : Voilà   un   mot en arabe à propos de  sa rétrospective sur Hobarapresse.

     - La photo représente l’artiste en compagnie du délégué du ministère de la culture à      Safi, Saïd BENCHAMSI.

Voir les commentaires

Rédigé par raja abdelkader

Publié dans #safi

Repost 0

Publié le 27 Juin 2012

clipsafi image002

image-article-4501Le ministère de la culture organise du 28 Juin au premier Juillet le festival national de l’art de l’Aїta à Safi en partenariat avec la wilaya de la région de Doukkala-Abda. La onzième édition placée sous le thème  ״édition du défunt Mohammed ROUICHA״, connaitra la présentation d’un programme varié qui s’étalera sur 4 jours, ainsi que la présence d’un paquet d’artistes marocains qui animeront les nuits du jeudi, vendredi, samedi et dimanche de la place Moulay Youssef  sise à quelques encablures de Castello Novo. 

Voir les commentaires

Rédigé par raja abdelkader

Publié dans #safi

Repost 0

Publié le 6 Avril 2010

CH.jpg

     Cela fait trois ans qu’une génération d’étudiants a  consacré quelques billets pour sensibiliser les responsables sur  l’état alarmant du château de mer de safi. Certains articles ont proposé des idées sérieuses pour  la préservation de cet édifice « Castello Novo » construit par les portugais en 1491. Ces propositions se sont fondues comme la neige sous le soleil.

     Aujourd’hui cette génération s’est dispersée  comme se sont éparpillées récemment les pierres de la tour sud du château.  Le statu quo de Ksar Lbhar nécessite une intervention à la fois urgente et sérieuse de la part des responsables.

Voir les commentaires

Rédigé par raja abdelkader

Publié dans #safi

Repost 0

Publié le 15 Novembre 2008

                                                             Après  avoir été  chaleureusement accueillie  par les   ayiriens  l'année dernière, l'Association Féminine de Lutte Contre la Violence à l'Egard de la Femme est en retour à Ayir avec, bien evidemment, une autre visée mais qui s'inscrit dans la cadre de ce processus qui tend à éclaircir aux habitants des régions de Safi leurs droits et leurs devoirs.
 La compagne sensibilisatrice  de cette année eue au souk hebdomadaire de Laakarta  a comme objectif de mettre en exergue l'importance du contrat de mariage dans la vie du couple au même degré sinon davantage que la vie de leurs enfants.

 Des acteurs associatifs dont un avocat et un chercheur en matière de sociologie se sont donné la tâche de guider sinon aider ceux qui n'ont pas encore réglé leur situation juridique  dans ce sens. l'Association Féminine de Lutte Contre la Violence à l'Egard de la Femme n'a pas raté de tirer la sonnette d'alarme  sur les retombées de l'absence du contrat de mariage.  Du coup, il  faut dorénavant penser à légaliser officiellement le mariage avant la date délimitée par le ministère de la justice ( février 2009). 
 Enfin, il est important sinon impératif d'applaudir chaudement cette initiative de conscientisation et d'espérer bonne continuation à L' A.F.L.C.V.E.F.

P.S: la deuxième image est extraite de www.safitoday.com.

Voir les commentaires

Rédigé par raja abdelkader

Publié dans #safi

Repost 0

Publié le 11 Octobre 2008

L’ouvrage "Safi  et sa région" intitulé en arabe  {ASFI WA MA ILAYH KADIMAN WA HADITAN} de l’historien safiot  Mohamed  Ben Ahmed Al Abdi Al Kanouni consacre à Ayir notamment son histoire et son état lors de la présence portugaise quelques lignes qui présentent  la région et sa situation  de jadis.

La mère de l’auteur de "Safi  et sa région" est originaire de la tribu Ouled Zaid qui avoisine  la région côtière d’Ayir,  laquelle tribu est fameuse pour son hostilité vis-à-vis du despotisme du Caid de la région d’Abda Aissa Ben Omar. Les crispations au niveau des relations entre le Caid et la tribu Ouled Zaid trouvent  ses manifestations entre autres  dans  les chants (l’appel) de  Hada ELGHIYATYA dite Kharboucha, fière d’être née à  Ouled Zaid comme en témoigne ses chants. Par le biais de ceux-ci Kharboucha protestait contre l’autorité abusive du Caïd ce qui lui a valu en fin de compte sa vie.

L’auteur de l’ouvrage  s’est intéressé de surcroît à la littérature et à la vulgarisation religieuse  faite pendant son séjour à Safi au mausolée  de Med Abou Salah.

Les portugais et Safi 

Au IX siècle de l’ère musulmane et   à l’ébauche de l’état des Wattassides la situation du Maroc  connaissait une détérioration qui a touché foncièrement tous les secteurs de la vie, ce qui a permis aux Portugais de coloniser et exploiter la plupart de ses côtes vu les ressources qui s’y trouvaient et la proximité de la mer. Safi, en outre, subissait le même sort que les autres villes  du royaume à tel point que la ville de la sardine connaissait ce qu’appelle  Al Abdi Al Kanouni  le   trépas  moral. Les partis n’ont pas pu mener à bien le bateau de la politique de Safi ; chose qui trouvait ses expressions dans les relations conflictuelles reliant les partis qui constituaient  la scène politique de l’époque. Par conséquent, Safi  tombait dans le piège de la colonisation portugaise après de longues et dures guerres   à partir de 910 de l’ère musulmane. Des monuments tels que le château de mer, la cathédrale, la forteresse d’Ayir sont des témoins de cette période chaude de l’histoire de Safi. L’arrivée des Saadiens au pouvoir mettait fin à la présence portugaise à Safi et ses régions. En effet, après des guerres ardues (947 et/ou 948   de l’ère musulmane), le scénario de la colonisation portugaise n’était  que de mauvaises réminiscences. Les Saadiens ont également pu donner à la forteresse d’Ayir sa lettre d’affranchissement  grâce à l’intervention décisive du Chérif  Abou  Abdellah Mohamed  Saâdi en 1517 de l’ère chrétienne. La forteresse d’Eloualidia était, à son tour, restaurée après le déclin des portugais  par Eloualid Ben  Zaidan Saâdi (le nom à partir duquel l’appellation Eloualidia tire son identité).

La région  d’Ayir.

La commune d’Ayir est sise au nord de la ville de Safi, elle est délimitée par les communes de  Badouza (du nord), et d’Eloualidia (du sud). Ayir s’étend sur une superficie de 321 km2, quant aux habitants de la région, ils font dans l’ensemble 24,176 habitants (recensement 2004). La plupart des travaux exercés à l’enceinte  d’Ayir sont l’agriculture et l’élevage des bétails.

La forteresse d’Ayir.

Comme elle est présentée dans l’ouvrage historique déjà cité, la forteresse d’Ayir est une garde maritime islamique qui se situe au nord de la ville de Safi. Voisine de la mer atlantique, la  forteresse contient deux portes ; la première  donne sur la mer et la deuxième s’ouvre sur le sens inverse. Les deux portes se distinguent par la présence de deux  grands tours à leurs dessus. La seconde porte donne aussi sur une mosquée antique qui garantit sa pérennité grâce à ses  douze piliers. Sur la porte de la mosquée on a écrit  l’expression suivante : "cette porte a été ouverte depuis 1200 de l’ère musulmane". La mosquée se compose également d’une école constituée de plusieurs chambres chose qui attestent la valeur donnée à la religion,  la science et au coran par les habitants d’Ayir à cette période.

Mohamed Ben Ahmed Al Abdi Al Kanouni ajoute que la date de l’édification de cette forteresse est inconnue, nonobstant il est communément admis qu’elle était présente pendant le IIX siècle de l’ère musulmane. On l’appelait à l’époque "Cap d’Ayir", la forteresse d’Ayir n’a pas raté d’assujettir au colonialisme portugais, néanmoins les troupes d’intervention menées par le  Chérif Abou Abdellah Mohamed Saâdi en 1517 de l’ère chrétienne ont obligé les portugais de  partir. L’incident de l’explosion d’un baril d’amorce  a plaidé en faveur d’Abou Abdellah Mohamed Saâdi ce qui a causé la destruction de quelques murs et facilité la tâche aux intervenants.

La forteresse d’Ayir est habitée par des hommes venant de Sanhaja connus par le respect qu’on leur a accordé les rois de l’Islam pour leur surveillance de la mer. De nos jours la  forteresse d’Ayir a besoin d’une restauration immédiate qui peut et  assurer sa pérennité et sauvegarder la mémoire collective des Ayiriens. 
____________

-         Mohamed  Ben Ahmed Al Abdi Al Kanouni, 2005, Asfi wa ma ilayh kadiman wa haditan, " Safi et ses régions", Rabat, Rabat Net Maroc.

-         Alal RAGOUG, 2005, Musique de Safi,   exemples et  manifestations, " Moussika asfi, namadij wa tahlilat" Rabat, Rabat Net Maroc.

-         Brahim KREDYA, 2003,  Issa Ben Omar et la révolution de Wled Zid, événement de Rafssa. " âissa ben omar wa tawrat wlad zid wa wakiât rafssa".  Safi, IMBH.

P.S : les trois ouvrages sont écrits en arabe.

 

Voir les commentaires

Rédigé par raja abdelkader

Publié dans #safi

Repost 0

Publié le 28 Mars 2008

Photo_022.jpg

 

Un jour, peut être, demain ou le lendemain les Safiots pleureront excessivement  une grande forteresse vu que sa situation actuelle s’aggrave de plus en plus.


            C’est au moyen âge tardif et plus précisément à l'aube  des temps modernes que le château de mer de Safi était édifié,  se situant  au cœur de l’ancienne médina, Castello Novo est l’un des grands  vestiges des invasions portugaises qu’a connues la ville de Safi.

Au début le château de mer a pris la forme d’un simple bâtiment civil construit par les portugais en 1491, après avoir obtenu l’autorisation du Caïd Ben Ali en 1488 pour devenir par la suite le château de mer de nos jours. D’ores et déjà la château est appelé Castello Novo par les portugais, il sera également nommé par les Safiots « ALBORJ », « DARLBAHR », «  ALKASABA SOUFLA ».

Pendant la deuxième moitié du siècle dernier, le château a connu une sorte de dégradation, à la fois, au niveau de sa  construction intérieure et au niveau de sa partie sud-ouest. Suite à cette situation le service des beaux arts et des antiquités a décidé résolument de restaurer le château. En effet, l’opération a duré de 1954 à 1963 pour que le château puisse devenir ouvert au public.

Force est de constater que la restauration n’a pas donné grand-chose sur le tissu général du château, du moment qu’il a connu ces dernières années une destruction au niveau des lieux restaurés en 1963.  Ce qui compose  aujourd’hui toute une grotte sur laquelle repose le château; cette destruction trouve ses expressions dans la vivacité de la falaise Amouni qui est parmi les falaises les plus vives de l’atlantique marocain.  En outre les facteurs météorologiques pèsent lourdement sur la destruction du château tels que les changements climatiques et la vivacité des vagues.

Pour éviter l’effondrement  de cet édifice, des solutions peuvent être proposées telles que le remplissage des grottes avec du béton pour éviter tout glissement possible. En plus le château peut être protégé en utilisant une espèce d’enrochement qui peut prendre la forme des brise-lames tout au long des trois côtés du monument.

             En somme, il est temps de répondre aux hurlements silencieux du château de mer, pour surmonter la situation alarmante où Castello Novo se baigne.

Voir les commentaires

Rédigé par raja abdelkader

Publié dans #safi

Repost 0

Publié le 19 Avril 2007


                                                     

                      

Voir les commentaires

Rédigé par raja abdelkader

Publié dans #safi

Repost 0